Architecture-système Open eGov

Open eGov s'appuie systématiquement sur la philosophie du code source libre, aussi bien pour l'exploitation de ses propres développements que dans l'utilisation de technologies existantes.

L'architecture Open eGov peut être expliquée selon un modèle à trois étages:

  • L'étage supérieur représente les applications, qu'il s'agisse de prestations publiques de cyberadministration (portails et sites internet) ou de composants d’autres applications, comme les fonctions de signature ou de remise électronique de documents.
     
  • L'étage intermédiaire est constitué par le cadre d'applications d'Open eGov, soit un cadre technique permettant de développer de nouveaux services selon un modèle homogène et donc économique. Il contient le cadre d'applications SUIS pour l'élaboration des formulaires web spécifiques à Open eGov ainsi que des outils destinés à l'optimisation de la qualité des données, notamment des fonctions de validation (vérification lors de la saisies des adresses, des informations sur les services administratifs, des nom de communes, des communes d'origine,etc.). Une autre caractéristique de l'architecture Open eGov est son interaction étroite avec des services externes (services web), par exemple Zefix pour les données journalières actuelles du registre du commerce, adminpay pour le paiement électronique, incamail et sedex pour le transfert sécurisé et confidentiel des données. Ces caractéristiques combinées à d'autres solutions d'intégration font d'Open eGov une architecture orientée services (SOA).
     
  • L'étage inférieur est composé des technologies de base qui proviennent toutes du fonds "code source libre". On y trouve les éléments fondamentaux d'un service internet moderne: un serveur Apache, un serveur Glassfish Application, le système de gestion de contenu Plone ou la base de données MySQL.
Architecture-système Open eGov

Aller à

Dernière modification 14.07.2020

Début de la page